LA GROSSESSE DANS TOUS CES ETATS

DSC_1022

La grossesse dans tous ses états

Au début comment incriminer la prise de poids, pour expliquer ces douleurs dorsales, elle vient comme d’ habitude consulter et ses doléances ne sont pas très éloignées de ses dernières visites, en apparence rien n’a changé .En réalité tout son corps est en train de se transformer, elle est enceinte de 7 semaines. Si elle ne le dit pas, personne ne peut s’en douter, même pas moi qui pourtant pose mes mains sur son ventre et observe sa posture. Pourtant quelque chose à changer à y regarder de plus prés, plus exactement en palpant, en touchant, on s’aperçoit que les articulations du rachis cervical au bassin sont moins denses et donnent une impression de souplesse.

Peut -être que mes mains sont influencées par l’association que je peux faire entre grossesse et imprégnation hormonale, avec un pic de relaxine circulante dès le début. Cette hormone a en autres des propriétés relaxantes sur les muscles et les ligaments, pour détendre les sacro-iliaques et la symphyse pubienne. Elle est secrétée dés les premières semaines car elle intervient dans la croissance de l’embryon. Les premiers symptômes observés puis décrits par la patiente lors du premier trimestre, intéressent le haut du dos : cervicalgie, maux de tête et de dos irradiant vers les côtes .l’action myorelaxante de la relaxine agit sur le rachis dans son ensemble et le rend plus sensible à la gravité. Pour soulager ces douleurs ont traitera en particulier les vertèbres qui veillent sur la posture, les charnières anatomiques et fonctionnelles (C7-T1, D3-D4, T9-T10) en s’assurant de leurs bonnes mobilités qualitatives et quantitatives. Tout au long de la grossesse on veillera à stabiliser cette colonne vertébrale. En utilisant toute la gamme des corrections ostéopathiques, le praticien s’adaptera aux différents états des articulations d’une femme enceinte, qui vont de l’hyper mobilité à la mobilité restreinte. Pendant ce premier trimestre, la patiente pourra être traitée assise ou sur le dos, la position sur le ventre ne sera utilisée qu’exceptionnellement.

Le ventre s’arrondi en même temps que le dos se creuse, le sacrum s’horizontalise, les douleurs suivent le centre de gravité, elles descendent, elles s’installent dans la région lombo-sacrée mais elles n’ont pas abandonné le haut du dos, elles peuvent résister. C’est le deuxième trimestre, peut- être le plus délicat, l’utérus augmente en volume vers le haut provoquant des troubles digestifs RGO ; vers le bas, pousse le ventre en avant et écrase la 5ème lombaire. Les lignes de force de la colonne vertébrale évoluent avec la nouvelle posture et semblent être à l’origine des douleurs qui ne quittent pratiquement plus ma patiente, qu’elle soit allongée ou debout. Ces transformations vont entrainer des troubles fonctionnels ou augmenter l’intensité des douleurs préexistantes. Lire la suite